Aller au contenu principal
Decio Eizirik

Une nouvelle spin-off combattant le diabète est en train de voir le jour

Le projet de recherche portant sur l’imagerie des cellules bêta du Professeur Decio Eizirik touche au but

Un adulte sur onze dans le monde (425 millions) est atteint de diabète selon des chiffres publiés en 2017 par la Fédération Internationale du Diabète (FID). L’équipe du Professeur Decio Eizirik (ULB Center for Diabetes Research) s’intéresse à cette problématique depuis de nombreuses années. Avec des collègues de la VUB, il est en bonne voie de voir son projet de recherche portant sur l’imagerie des cellules bêta évoluer et devenir la spin-off « BetaBild ». Un projet dont les origines remontent à 2006, lors du premier appel à projet du pôle de compétitivité BioWin.

L’histoire remonte à 2006, lors du lancement de Keymarker, premier projet soutenu par BioWin en recherche multidisciplinaire. Ce projet avait pour ambition d’utiliser la génomique fonctionnelle afin de découvrir des biomarqueurs de cellules, dont des cellules β, pour l’imagerie dans les domaines du diabète de Type 1, de maladies auto-immunes et de cancers. Après l’évaluation à mi-parcours, il a été décidé de se focaliser sur la quantification par imagerie des cellules β du pancréas.

12 ans plus tard, où en est l’étude des cellules bêta ?

Pr. Decio Eizirik : Nous savons que la dysfonction et/ou la mort des cellules β jouent un rôle déterminant dans la pathogenèse des différentes formes de diabète mais l’évolution de la quantité de ces cellules au cours du temps n’est pas encore connue avec précision. La mesure de la fonctionnalité de ces cellules bêta est réalisée de manière indirecte en dosant la quantité de peptide C circulant. Il n’y a actuellement aucun moyen fiable de quantifier la masse des cellules bêta in vivo. De plus, le manque de techniques d’imagerie des cellules β entrave l’évaluation de l’impact des nouveaux médicaments visant à prévenir la perte de ces cellules dans le diabète. Il y a donc un besoin urgent de techniques permettant la quantification de cellules β, et ce, de manière non invasive et directe.

Pourquoi est-ce si difficile ?

Pr. Decio Eizirik : Un des obstacles est le faible pourcentage que représentent les cellules : de 1 à 3 % de la masse totale du pancréas. Nous notons aussi la dispersion non homogène de ces cellules sous forme d’îlots, eux-mêmes composés de cellules endocrines de plusieurs types. Enfin, la limitation des techniques actuelles d’imagerie médicale ne permet pas d’avoir des images des îlots de manière individuelle.

Or, la quantification de la masse totale des cellules β permettrait d’améliorer la prévention du diabète et le développement de traitements personnalisés.

Quelle est votre approche ?

Pr. Decio Eizirik : Aujourd’hui, il existe 4 (radio-)traceurs testés dans des études cliniques chez l’être humain. Malheureusement, ils présentent un défaut de spécificité ; ils ne sont pas encore assez sensibles pour quantifier la population cellulaire bêta. Nous devons donc identifier de nouveaux biomarqueurs et améliorer la structure des radiotraceurs existants.

Au centre de recherche sur le diabète (ULB), une approche innovante basée sur l’identification d’isoformes spécifiquement exprimées dans les cellules β est utilisée afin d’identifier de nouveaux biomarqueurs. Cette approche utilise des données transcriptomiques générées par RNA sequencing et confronte les résultats avec ceux obtenus dans d’autres tissus abdominaux pouvant potentiellement interférer avec l’imagerie des cellules β tels que l’estomac, le foie ou les intestins. Jusqu’à présent, nous avons identifié trois nouveaux biomarqueurs spécifiques des cellules β et/ou β et α : l’isoforme a de la protéine FXYD2γ (FXYD2γa) et DPP6 (DiPeptidyl Peptidase 6) et un troisième en voie de développement.

La quantification de la masse totale des cellules β permettrait d’améliorer la prévention du diabète et le développement de traitements personnalisés

En utilisant cette approche, nous espérons pouvoir détecter et quantifier la masse de cellules β in vivo dans un futur proche. En combinaison avec d’autres biomarqueurs de la fonctionnalité du pancréas, ces techniques d’imagerie permettront de réaliser une meilleure stratification des patients engagés dans des études cliniques, d’améliorer la prédiction de l’évolution de la maladie chez les patients atteints de diabète et, enfin, de pouvoir optimiser les stratégies thérapeutiques utilisées dans le cadre de cette maladie.

Pourquoi décider de créer une spin-off ?

Pr. Decio Eizirik : Nous sommes arrivés à un moment charnière ; il faut passer du stade de la recherche à l’application chez l’homme et donc trouver d’autres financements. C’est donc naturellement que nous avons émis le souhait de créer une spin-off qui porterait le nom de BetaBild.

 

En 2017, grâce au soutien de la société SOWALFIN, nous avons engagé un manager, Dr Cédric Volanti (anciennement Directeur chez Eurogentec) afin d’aider dans l’élaboration d’un business plan.

Dans quelques semaines, ce dernier sera présenté au Comité d’évaluation de l’Université Libre de Bruxelles ainsi qu’à le fond Theodorus qui apporte son soutien depuis quelques mois et qui aide à rendre le projet plus précis.

Ce projet a une longue histoire. Nous espérons que dans les mois à venir, BetaBild deviendra réalité et qu’elle pourra faire de l’imagerie des cellules bêta in vivo, une réalité également.

  • Jérôme Galon, inventeur européen 2019 pour le test Immunoscore®

    Le 20 juin 2019, Jérôme Galon, scientifique et cofondateur de HalioDx, a reçu le prix de l'inventeur européen 2019 dans la catégorie ‘Recherche’ pour son test innovant Immunoscore®.

  • 5 conseils à bien garder en mémoire dans le cas où vous préparez une levée de fonds

    Retour sur un BioWinConnect riche en échanges et apprentissage

  • SalamanderU: des produits et services faits sur mesure pour la concrétisation de vos innovations
    salamanderU, jeune start-up wallonne, aide les entreprises des sciences du vivant à fabriquer leurs produits en améliorant leur ratio « right first time » et en optimisant leurs ressources.
  • Table ronde : Les défis d’une Wallonie gagnante
    La Wallonie bénéficie de multiples atouts économiques: secteurs à la pointe, recherche de renommée mondiale, aides multiples aux entreprises…
  • « Les applications de l’IA dans les domaines pharma et santé sont très larges »

    Le pôle de compétitivité santé BioWin regroupe 7 grands groupes et une bonne centaine de PME innovantes dans le domaine des biotechnologies et technologies médicales.

  • All in one cancer immunotherapy
    Founded in 2011, iTeos began its activities at the end of 2012. The company is active in the field of cancer immunotherapy and focuses on the tumor micro-environment to develop innovative drugs.
  • Vous êtes accroc à l’adrénaline ? La levée de fonds est faite pour vous !
    La levée de fonds est une opération complexe, qui demande beaucoup de temps et d’énergie.
  • Traitements sur mesure contre l’arthrite : des économies impressionnantes en perspective

    L’entreprise DNAlytics, le projet Rheumagène de BioWin et l’outil de diagnostic RheumaKit misent sur les traitements personnalisés.
  • Un radioisotope wallon pour lutter contre le cancer

    BioWin soutient les activités de ses membres en les aidant à obtenir de la Région wallonne les fonds nécessaires au financement de projets de recherche innovants. Le pôle a accompagné IRE-Elit dans la création de ses générateurs d'isotopes
  • Une nouvelle spin-off combattant le diabète est en train de voir le jour

    Le projet de recherche portant sur l’imagerie des cellules bêta du Professeur Decio Eizirik touche au but