Le projet NanoCardio s’inscrit dans la stratégie du Programme INTERREGV en répondant à l’axe prioritaire 1 de l’Union Européenne ‘Améliorer et soutenir la collaboration transfrontalière en recherche et innovation’. 

Le projet NanoCardio vise à détecter et analyser les plaques d’athérome in vivo par imagerie IRM et imagerie optique. La méthode utilisée actuellement est l’angiographie. Elle requiert la pose invasive de cathéters et l’utilisation de molécules iodées, ce qui n’est pas sans risque pour les patients. NanoCardio propose de (i) détecter les plaques d’athérome instables et leur taille et (ii) de déterminer leur composition chimique par imagerie IRM. L’avantage de l’IRM est que cette technique non invasive, n’utilisant pas de radiation ionisante, possède une excellente résolution, ce qui est un atout pour caractériser les parois artérielles et la composition de la plaque d’athérome.

Afin d’atteindre cet objectif, NanoCardio propose de développer des sondes magnéto-optiques ciblant les plaques d’athérome. Dans le projet NanoCardio, les sondes seront des nanoparticules équipées (i) d’agents de contraste pour la détection en imagerie (agent de contraste magnétique pour l’IRM à base de gadolinium et fluorescent pour l’imagerie optique) et (ii) d’un système de reconnaissance de la plaque d’athérome (peptide spécifique de la plaque).
En matière IRM, le choix se porte sur des agents de contraste qui sont capables de générer un hypersignal (images claires). En matière optique le choix se porte sur des sondes émettant dans le proche infra-rouge (dérivé de la rhodamine). L’innocuité de ces nanoplateformes sera également examinée (iii), de sorte qu’à l’issue du projet puisse être envisagé leur développement préclinique.

Consortium
L'Université de Mons (Belgique) est le chef de fil du projet, les deux autres partenaires sont l'Université de Reims (France) et l'Université de Gand (Belgique). BioWin est un partenaire associé du projet, tout comme l'imec (Leuven, Belgique), Eurasanté (Lille, France), Institut d'électronique de microélectronique et de nanotechnologie (Villeneuve d’Ascq, France) et le Centre Hospitalier Universitaire de Reims.

Image